Château

« Petite Villa Médicis de Provence », le Château de Lourmarin accueille chaque été, depuis près d’un siècle, une dizaines de pensionnaires dans toutes les disciplines artistiques. Il organise également, tout au long de l’année, des concerts de musique classique et jazz. Sans renier ce répertoire qui lui sied si bien, le Château cherche désormais à s’ouvrir à des musiques plus actuelles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Monument historique majeur de Lourmarin, le Château a vu sa première posée au XVème siècle sur les ruines d’une forteresse du XIIème. Agrandi dans le style Renaissance après le passage de François 1er, le Château sera au gré des siècles laissé à l’abandon, au point de servir de grange et de lieux de halte pour les vagabonds. En 1920, à deux doigts d’être vendu pour ses pierres, l’industriel Robert Laurent-Vibert rachète et rénove le lieu à l’identique, et décide d’y créer la « Petite Villa Médicis de Provence ». Disparu tragiquement dans un accident de voiture en 1925, Robert Laurent-Vibert n’aura malheureusement pas le temps de voir son vœu exaucé. Son testament (rédigé en 1923), lui, le sera : le Château est légué à l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles Lettres d’Aix-en-Provence, à charge pour elle d’instaurer ladite Fondation. Le Château devient ainsi chaque été un lieu de création et de rencontres entre des jeunes artistes sélectionnés sans aucune restriction de disciplines. Ces résidences viennent ainsi étoffer un programme annuel très dense en musiques classique et jazz, mais aussi en théâtre et conférences. Un lieu tout entier dédié à l’art et à la culture, en somme, dont il n’est pas exagéré de dire qu’il a inspiré tout naturellement l’idée du Yeah Festival. Le tout sous la bonne étoile, à n’en point douter, de Robert Laurent-Vibert.

F1010010_700