Village

Situé au pied du Luberon, le village de Lourmarin offre un subtil mélange de ruelles intimistes, de fontaines inattendues et de chaleureux cafés. Si les cloches du beffroi nous rappellent inlassablement que le temps passe, il serait tentant de feindre ici le contraire, de vivre à jamais dans ce présent lumineux, énigmatique, cette perfection qui serait touchée si elle n’était point inaccessible.

DSC_0047

Vu de l’extérieur, le village semble avoir calqué sa courbe sur celle du Luberon : douce et équilibrée. Pourtant, comme le Luberon révèle ses creux, pentes et falaises à mesure qu’on s’en approche, la dorsale de Lourmarin est percée de clochers qui lui donnent force et caractère. Fiers et nobles, ces quatre gardiens veillent sur quelque 1100 habitants, et témoignent de l’histoire de leur village, stratégique et donc bousculé à travers les siècles. Du haut du village, le « clocher » (ou beffroi) et le toit cuivré de l’Eglise toisent le magnifique duo du Temple protestant et du Château, lesquels balisent la sortie sud du village. Mais il serait absurde d’imaginer ces quatre monuments en rivaux tant ils offrent une parfaite harmonie dans le soleil rasant des soirs d’été, sur la toile mauve du Luberon qui réconcilie tout. On pense alors à cette phrase d’Albert Camus qui nous dit que « la vraie générosité envers l’avenir est de tout donner au présent »,et on s’enfonce dans les ruelles, à la recherche du plus bel instant :, celui dont on ignore tout. Il ne tarde pas à s’offrir à nous. Une anisette, quelques olives et le rire d’un ami deviennent ainsi ce trésor trop beau pour ne pas être partagé, trop éphémère pour ne pas « tout lui donner ». Si, en plus, une musique…

F1010005_700